Les tiques sont des petites bêtes loin d’être considérées comme sympathiques. Le retour des beaux jours signe également le retour des risques de piqûres.

Depuis 2018, le CPIE travaille, dans le cadre d’un projet régional avec l’Agence Régionale de Santé Auvergne Rhône Alpes, réalise des séances de sensibilisation auprès des associations et des professionnels en lien avec la nature et auprès du grand public.

Ces petites bêtes sont l’objet de nombreuses questions et idées reçues. Nous répondons ici à quelques questions courantes recueillies pendant les séances de sensibilisation.

La tique est un insecte ?

La tique possède 8 pattes et un corps en deux parties. Elle fait partie de la classe des Arachnides comme les araignées et les scorpions. Elle n’est donc pas un insecte, qui eux possèdent 6 pattes et un corps divisé en 3 parties.

La tique est un gros acarien. Elle possède un rostre, une sorte de dard buccal qui lui permet de piquer et de s’accrocher à son hôte. Elle pique car elle se nourrit de sang. Elle a besoin d’un repas de sang pour pouvoir muer (pour passer du stade larve à nymphe puis de nymphe à adulte) et se reproduire.

L’espèce Ixodes ricinus est la tique vectrice de la maladie de Lyme.

Quelles maladies portent les tiques ?

Les tiques sont vectrices de différentes maladies pour l’homme mais aussi pour d’autres mammifères, notamment les bovins et les chiens. Elle peut notamment transmettre à l’homme des maladies bactériennes comme la Borréliose, plus communément appelée maladie de Lyme, ou des maladies virales comme l’encéphalite à tiques.

La maladie de Lyme, si elle n’est pas traitée rapidement, est très invalidante et pose de graves problèmes de santé.

Peut-on mettre du savon sur la tique pour l’enlever ?

Il ne faut pas enlever la tique avec du savon ni avec d’autres liquides qui l’endormirai ou la tuerai alors qu’elle est encore accrochée à votre peau. Si vous utiliser une pince à épiler, il faut également faire attention de ne pas lui comprimer l’abdomen (toutes les pinces à épiler ne sont pas adaptées à cette opération).

Le risque, si on l’enlève avec ces technique, est de faire régurgiter la tique alors que son rostre est toujours dans votre peau. Les agents pathogènes se trouvant dans sa salive, vous risquez d’être infectés en utilisant ces techniques.

Pour retirer la tique en toute sécurité, il faut utiliser un tire-tique, que l’on trouve facilement en pharmacie, en animalerie ou au rayon animalerie de votre supermarché.

La tique doit être tuée après avoir été enlevée.

Y a-t-il des tiques dans le jardin ?

Oui, nous pouvons être piqués par des tiques dans les jardins et les espaces verts. 29% des cas de piqûres recensés par le programme CITIQUE* proviennent des jardins privés. Il est donc important de rester vigilant après une session de jardinage.

*Le programme CITIQUE est un programme de science participative initié et animé par l’INRA et le CPIE Nancy-Champenoux qui a pour objectif de mieux connaitre les tiques et les maladies qu’elles transmettent. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Est-ce que l’érythème (la plaque rouge pouvant apparaitre après s’être fait piquer) confirme la maladie de Lyme ?

L’érythème migrant est caractéristique de la maladie de Lyme. Si un érythème se développe à l’endroit de la piqûre, il faut aller consulter votre médecin traitant au plus vite afin de recevoir le traitement antibiotique adéquat.

Si cette thématique vous intéresse et que vous souhaitez avoir plus de renseignements sur nos actions de sensibilisation liées à la prévention des piqûres de tiques, la meilleure tactique est de nous contacter à l’adresse suivante : julie.rossa@art-terre.net.


En lien avec les normes sanitaires, il ne sera pas possible d’accueillir du public dans les potagers des membres du réseau de jardiniers le week-end du 13 et 14 juin. Mais est-ce pour autant que les découvertes et le partage des connaissances sont impossibles ? Certainement pas !

L’Union National des CPIE fait preuve d’adaptation et propose aux jardiniers volontaires de s’exprimer librement sur une spécificité de leur potager et de partager leurs pratiques de jardinage naturel. Le public pourra consulter ces productions sur le site internet dédié au programme Bienvenue dans Mon Jardin au Naturel.

Pour cela, tous les jardiniers qui le souhaitent peuvent illustrer une pratique naturelle mise en œuvre dans son potager sur un des 7 thèmes proposés :

Biodiversité

Eau (gestion de l’eau de pluie, systèmes de drainage, d’arrosage,…)

Changement climatique (espèces peu consommatrices en eau, techniques anti-sécheresse,…)

Sol vivant (engrais verts, composts,…)

Alimentation

Géo Trouvetou (innovation technique)

Bio et beau (esthétique du jardin)

Une fois le thème choisi, le jardinier peut réaliser des vidéos, des photos, des dessins, des petits textes pour illustrer ses pratiques. Attention, chaque personne peut proposer maximum 3 illustrations.

Si vous souhaitez participer, vous avez jusqu’au 11 juin pour nous faire parvenir vos réalisations. Bien entendu, n’hésitez pas à nous contacter d’ici là, nous pourrons vous aider et conseiller dans la réalisation de vos supports numériques.


Pour le mois de mai, le CPIE vous propose de participer à un rallye dessin « Sauvages de mon jardin ». Comme nous ne pourrons pas tout de suite reprendre les sorties avec vous en extérieur, nous vous proposons ce rallye pour rester en lien et poursuivre nos actions autour de la biodiversité !

Toutes les informations pour participer sont à retrouver ci-dessous et sur notre page facebook. N’hésitez pas à partager autour de vous.

Pour ceux qui souhaitent participer, je vous retrouve lundi 11 mai, sur le blog et sur facebook, pour vous dévoiler le thème de la semaine ! A bientôt !