La mi-mars a marqué le retour de milans noirs au bord du Léman. Son cri, facilement reconnaissable m’a fait sortir de mon antre pour me poser sur mon balcon, jumelles en main. Un groupe de plusieurs milans noirs tournoyaient dans les airs. L’observation de ces rapaces occupe une partie de mon confinement.

Reconnaissable à sa couleur sombre et sa queue longue et légèrement échancrée, le milan noir, Milvus migrans, de son nom latin, est un oiseau migrateur. Il passe l’hiver au sud du Sahara et revient en France à la mi-mars. Il ne reste dans nos contrées que 4 mois, le temps de se reproduire puis il repart vers des contrées plus clémentes.

Il choisit son site de nidification proche du lac avec de grands arbres favorables à la construction de son aire. La femelle pond 2 à 3 œufs. Les petits s’envolent au bout de 6 semaines.

Il se nourrit principalement de proies déjà mortes, principalement de poissons. Comme les vautours, il est un nettoyeur de la nature.

Bien que les populations de milans noirs ne soient pas en danger, elles ont tendance à régresser ces 20 dernières années, surtout en Europe de l’est. En cause, la chasse et l’empoisonnement des individus mais aussi les collisions et les électrocutions avec les lignes électriques.

A vos jumelles et observez le vol des milans noirs, de retour avec le printemps !


Comments are closed