JARDINS TEMOINS

Pendant un an, onze jardiniers amateurs du Pays d’Evian ont été formés par des intervenants professionnels aux pratiques écologiques dans le jardin. Ce sont les « Jardins Témoins du Pays d’Evian ». En 2016-2017, ce sont des jardiniers du Bas-Chablais qui sont formés.
Vous-même, habitant du Chablais, vous n’osez pas vous lancer, ne savez pas comment vous y prendre ; vous n’êtes pas persuadé de l’intérêt et de l’efficacité de ces pratiques…Les « Jardins témoins » sont là pour répondre à vos questionnements.
Vous pouvez visiter un jardin près de chez vous, échanger de manière simple et conviviale avec un jardinier amateur formé aux pratiques écologiques.

Pour prendre un rendez-vous, contactez l’association art terre :
infos@art-terre.net – 04 50 73 09 20 ou 06 83 84 41 78 (Élise Coutable)

PRESENTATION DES ONZE JARDINS DU PAYS D’EVIAN (téléchargeable en pdf ici)

EVIAN

Jardin de Bernard SANCEY, 300 + 1000 m2
Un grand jardin de ville qui montre qu’en « bio », tout est possible !
« Je cultive les légumes, dont les cardons, les framboisiers, fraisiers, groseilles, cassis, et mûres, la vigne et les plantes aromatiques. J’ai également beaucoup de fleurs et de plantes décoratives ».

« Mon verger est constitué de pommiers, poiriers, pêchers, cerisiers, cognassiers, pruniers, figuiers et d’abricotiers ».
« Je choisis autant que possible des variétés locales ».
« Je fais beaucoup de compost (tonte+broyat de branches). J’ai un récupérateur d’eau (3000l), et je pratique la rotation des cultures sur 3 ans ».
« Je jardine à titre personnel depuis que j’ai des enfants. Avant j’aidais mon père. Ce que je cherche avant tout c’est une nourriture saine avec du goût, avoir des variétés qu’on ne trouve pas dans le commerce, et puis c’est aussi le plaisir de jardiner ».

SONY DSC

Jardin de Bernard Sancey à Evian

Jardin de Max DUBY, 200 m²
Un jardin de ville entre quatre murs, ou l’art d’occuper l’espace !
« Dans mon jardin je cultive les légumes, les plantes aromatiques, les framboises, les fleurs. J’ai également quelques pieds de vigne.

« J’ai construit un tunnel et une serre, je fais un compost et je récupère l’eau de pluie ».
« Je jardine depuis toujours, et sans traitements, parce-que j’aime être dehors, travailler la terre, et manger des choses qui ont du goût ! ».

jardin de Max Duby à Evian

Jardin de Max Duby à Evian

FETERNES

Jardin de Philippe  et Anne  DUFOUR, 400 m2 de potager
« Le jardinage, nous le pratiquons en mode bio depuis des années par plaisir et par conviction. Avec des succès divers ! Le jardin enrichit nos relations de famille et de voisinage avec lesquelles on en partage les savoir faire et les produits. Jardiner bio c’est aussi  un acte de résistance contre la mal bouffe et la casse de la nature.»
«Dans notre jardin, on tâtonne pas mal en expérimentant. Il y a 2 ans, on a essayé la culture des patates sans buttage. Cette année, c’est le défrichage sans labour. On tente aussi les semis sur mottes pressées comme les pros. Dans le principe nous appliquons les préceptes de la culture biologique : nourrir le sol avant la plante, ne plus labourer mais laisser les vers de terre le faire à notre place, bénéficier des associations végétales. Nous produisons notre compost, des purins végétaux, nous paillons avec … de la paille et récupérons l’eau du toit. Nous avons installé un tunnel pour les cultures hors saison. Comme nous avons la chance d’avoir de la place, nous pratiquons une rotation sur 4 ans : «friche» fleurie, pomme de terre, engrais verts et potager. Nous avons encore du fil à retordre  avec les parasites et les maladies ; peut être est ce le prix à payer pour le refus d’utiliser les pesticides. Et nous avons beaucoup à apprendre sur les arbres fruitiers. A chaque instant, à chaque rencontre on apprend et nous serons ravis d’échanger les savoir faire avec d’autres jardiniers, qu’ils soient en bio ou souhaitent s’y coller.»

jardin d''Anne et Philippe Dufour à Féternes

Jardin d’Anne et Philippe Dufour à Féternes

LARRINGES

Jardin de Elisabeth et Marc T., 65 m2
« Nous cultivons pomme de terre, courgette, oignon, ail, échalote, radis, salade, blette, betterave rouge, tomate, fraise, mâche.
Nous avons acheté une serre pour essayer d’avoir des tomates plus tôt, mais nous avons déjà planté de l’ail et de la mâche sous cet  abri.
Nous avons trois récupérateurs d’eau en plastique.
Les pratiques  : cet hiver, nous avons essayé les cartons, c’est pas trop mal. Nous avons paillé la haie avec des morceaux de bois passés au broyeur, mais il a poussé plein de petits arbustes, est ce à cause de cela?
L’année prochaine , nous voulons planter les engrais verts (phacélie et son) tout de suite après avoir enlevé les oignons et les pommes de terre.
Nous jardinons par plaisir, pour nous détendre et surtout pour manger des aliments qui ont du goût et naturels , sans pesticide. »

Jardin Elisabeth et Marc T. à Larringes

Jardin Elisabeth et Marc T. à Larringes


Jardin de Elisabeth Porée

« C’est un potager de 200 m2 situé à 840m d’altitude, bordé côté sud de petits fruits rouges.
Il est cultivé «  tout bio » depuis sa création il y a dix ans, par conviction et gourmandise, les récoltes sont nettement plus savoureuses.
Depuis trois ans il est partagé en deux parties : une en carrés potagers (6 carrés de 120×120 cernés de bois recevant 16 plantes chacun) et 2 châssis l’autre en pleine terre.
La culture en carrés optimise la production des légumes à cycle court avec plusieurs rotations possible sur la saison, ne demande que très peu d’entretien et d’arrosage et de plus elle est très esthétique.
Les légumes à cycle plus long ou volumineux sont cultivés en pleine terre.
La pratique du paillage, des plantes amies, des friches, des engrais verts, sont en place. Plus de labourage mais la fameuse « grelinette » le remplace, ne jamais laisser un sol « nu » (paillage ou cartons) facilite ce travail.
Le système de récupération d’eau n’est pas encore optimisé.
Enfin, un compost «  fait maison » sur 2 saisons apporte toute sa vitalité à l’ensemble.
Je suis confrontée comme chacun aux parasites et aux maladies, les pratiques dites « naturelles » demandent des interventions fréquentes. N’étant pas toujours opérationnelle au bon moment il y a encore quelques mauvaises surprises, et les récoltes ne sont pas toujours au rendez-vous, surtout pour les tomates.
J’aime cultiver mon jardin et mon savoir en l’affinant en fonction des expériences passées,  des informations, des échanges avec les amateurs de jardins et les professionnels que nous côtoyons.
C’est un formidable lieu d’écoute et de générosité. »

jardin larringes

 

 

 

 

 

 

 

MARIN

Jardins de Didier et Claudine MOILLE
« Nous habitons à Marin au hameau de Moruel, nous cultivons plusieurs parcelles de terre :
– Une parcelle de 120m2 proche de la maison où sont cultivés tous les légumes de saison, pommes de terre primeur, petit pois, carottes, tomates, aubergines, haricots, courgettes, céleri, blettes, concombres, navets, épinards et cette année nous avons semé des panais et des salsifis.
– Une parcelle de 350m2 que nous travaillons avec un ami pour cultiver les pommes de terre de conservation, endives, courges et différents légumes pour l’alimentation des poules (blettes, choux).
Le jardinage a toujours été une activité exercée dans notre famille pour subvenir aux besoins alimentaire et les excédents vendus sur les marchés.
Sans se poser de question, j’ai continué le jardinage par tradition car il m’est difficile de me rendre dans un supermarché pour acheter des pommes de terre et je trouve plus facile de les prendre dans ma cave.
De plus il est plus gratifiant  de manger ses propres légumes et surtout de les faire déguster à sa famille ou ses amis.
J’ai eu une méthode très classique de culture, apport de fumier au printemps, labour, traitement avec des produits recommandés pour une culture bio, désherbage manuel. J’effectue une rotation des cultures, sauf pour les pommes de terre : dès arrachage nous semons des plantes pour réaliser un engrais vert.
Grâce à art terre, nous découvrons les méthodes de cultures bio et nous souhaitons les mettre en pratique et les développer en échangeant des avis et bénéficier de l’expérience d’experts et de jardiniers bio. »

Jardin Didier et Claudine Moille à Marin

Jardin Didier et Claudine Moille à Marin


Jardin de Carole LOUSAO et Olivier VOISIN 
 (50m²)
« Ce que je cultive : tomates, courgettes, haricots verts, petits pois, concombre, brocoli, fraises, framboises, cassis, mûre, arbres fruitiers, plantes aromatiques, et autres si mes semis prennent…
Les aménagements (récupérateur d’eau, mare…) : cuve de récupération d’eau enterrée.
Les pratiques (paillage, rotation, engrais verts…) : paillage avec paille, rotation, engrais verts (phacélie).
Je jardine pour le plaisir d’aller ramasser mes légumes et de voir la nature faire son œuvre au fil des saisons. Je pratique bio parce que c’est respecter la Terre qui me nourrit. »

Jardin de Carole Lousao et Olivier Voisin à Marin

Jardin de Carole Lousao et Olivier Voisin à Marin

 

NEUVECELLE

Jardin de Eléonore LAVEAU et Bruno RICHARD (3500m2)
« Pour 2 amoureux des plantes et de la nature, la surface de notre « prairie » nous offre un joli terrain de jeu. Nous avons commencé les plantations ornementales en mariant les plantes autochtones et les variétés plus exotiques. Pour le potager, c’est notre troisième année de production. On s’améliore d’année en année grâce aux  conseils des autres jardiniers et des formations proposées par art terre.

Nous aimons la récup’ et le végétal. Des idées farfelues surgissent chaque année avec plus ou moins de succès. On vous l’a dit, c’est notre terrain de jeu et on compte bien s’amuser. Mais l’objectif principal reste toujours le même : « le respect de l’environnement » .
De nombreux projets sont en cours de réflexion ou de réalisation : la récupération des eaux de pluie, la création d’une mare, ressortir les sources d’eau disponible, créer des maisons à insectes et nichoirs…
Nous essayons de mettre du paillage sur tous nos massifs de plantes ornementales. Aucun traitement ou apport d’engrais n’est réalisé sur ces plantes. Si elles ne résistent pas, c’est qu’elles ne sont pas faites pour ce climat et cet environnement. »
Pour le potager, pas de prise de tête. Pas de désherbage, pas de traitement, pour nous c’est le sol qui est le plus important. C’est lui qui apporte l’ensemble des éléments nécessaires à la plante et à ces fruits. Apport de feuilles à l’automne ou plantation d’engrais vert, épandage d’engrais biologique en granulés avant la plantation.

Pour nous, la découverte de l’évolution du végétal est un plaisir mais ne doit surtout pas devenir une contrainte. Nous laissons toute leur autonomie aux plantes, aux insectes, aux rongeurs, etc.
Au potager, manger des tomates qui ont du goût, cueillir ses haricots ou ses herbes aromatiques doit être et doit rester un plaisir et ne surtout pas devenir une contrainte. Nous voulons profiter de notre potager mais ne pas passer notre temps à nous en occuper. Le bio apporte ces solutions en respectant la faune, la flore, le sol et l’environnement. »

Jardin d'Eleonore Laveau et Bruno Richard à Neuvecelle

Jardin d’Eleonore Laveau et Bruno Richard à Neuvecelle

 

 

SAINT PAUL EN CHABLAIS

Jardin de Elisabeth et Pierre Cabotte (200 m2)
« Ce que je cultive : toutes sortes de légumes (sauf pommes de terrre) ; des petits fruits rouges (fraises, groseilles, framboises, cassis…) ; quelques autres fruits…

Les curiosités : rien n’est tiré au cordeau ; mélange de légumes et de fleurs ; quelques cultures en carré ; partie en pré à proximité, avec fauchage tardif.
Les aménagements :  récupérateur d’eau de pluie de 5 M3, enterré (pompe manuelle + surpresseur) ; petite serre (structure aluminium + plexiglass).
Les pratiques : rotation partielle des cultures, essais de paillage, de purin végétal, compost de 2 ans, quelques intrants bio (fumier de cheval, corne broyée…),  des granulés anti-limaces certifiés bio-compatibles mais pas de bouillie bordelaise…
Pourquoi je jardine, et pourquoi je jardine bio : nous sommes soucieux de la qualité de notre alimentation et de la protection de l’environnement (militons, entre autres, pour une agriculture non intensive et sans OGM). Nos enfants et petits-enfants apprécient nos « produits » ! »

Jardin d'Elisabeth et Pierre Cabotte à St Paul en Chablais

Jardin d’Elisabeth et Pierre Cabotte à St Paul en Chablais

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jardin de Benjamin Gasse (50 m2)
« Totalement novice en jardinage, en accord avec mes valeurs, mon choix s’est naturellement orienté vers une pratique biologique respectueuse du sol et de l’environnement. L’objectif est de se faire plaisir en jardinant et bien sûr en dégustant ses propres produits. Activité pratiquée en famille, le potager est aussi un lieu de partage, d’échanges, d’apprentissage où chacun peut faire sa part et prendre plaisir à récolter.
Voilà désormais 3 ans que l’aventure a débuté et, malgré de nombreux tâtonnements, ma pratique du jardinage s’appuie sur quelques ‘clés’ :
–          Compost, rotation, association, paillage, absence de produits ou d’engrais chimiques sont les fondamentaux que j’essaie de respecter. Les engrais de printemps décompactent le sol tandis que la grelinette finit le travail. Le sol n’est jamais retourné.
–          Potager à 800 mètres d’altitude, exposé au nord : s’est vite imposée la construction d’une serre pour les cultures ayant besoin de chaleur. Auto construite, en bois, la serre permet de faire pousser les premières salades de printemps, tomates, poivrons, aubergines, etc.
–          Etant donné la faible superficie, les cultures sont très rapprochées dans l’espace et le temps. Des expérimentations telles que la milpa (association courge, haricot, maïs) ou associations ont été tentées avec  des succès divers. L’hôtel à insectes à quant à lui vocation à amener les auxiliaires, la biodiversité devant encore être amélioré dans le potager.
–          Les semences biologiques, anciennes et originales sont privilégiées. Toute la famille attend de voir si l’aspect et le goût des tomates ‘Miel du Mexique’ ou ‘Ananas’ feront autant voyager ou rêver que leur nom.
–          Enfin l’échange avec des jardiniers plus expérimentés est précieux. Il permet de recevoir des conseils précieux, de gagner du temps et d’éviter les erreurs de ‘débutants’.
Bien plus que de cultiver des fruits et des légumes, le jardinage biologique est une école de la nature. Loin de la théorie des livres, on y apprend à être à l’écoute de notre petit écosystème, de notre sol, à mieux les connaître pour s’adapter à leurs particularités. On peut ainsi en tirer profit tout en les respectant. »

Jardin de Benjamin Gasse à St Paul en Chablais

Jardin de Benjamin Gasse à St Paul en Chablais

 

 

 

 

 

 

 

 

THOLLON

Jardin de Dominique Kaczmarek et Yann Desforges
« C’est un jardin débutant et balbutiant, gagné sur près de 2000m2 de prairies avec vue sur les Mémises, à 950 mètres d’altitude…
Après une année d’observation, une autre d’improvisation, le jardin démarre vraiment cette année après  des travaux de terrassement indispensables pour évacuer gravats et autres « encombrants ».
Nous privilégions les techniques douces et bio, et quelque peu paresseuses : laisser travailler les vers de terre et autres petites bêtes sous un couvert de feuilles, de compost, de neige…bannir les pesticides…récupérer l’eau de pluie… planter au jardin d’agrément des espèces ne demandant pas ou très peu d’entretien tout en favorisant  l’installation d’une petite faune locale (le « gros »gibier apprécie déjà l’écorce des fruitiers!).
Nous projetons d’expérimenter les culture en lasagnes, et la serre installée ce printemps permettra d’allonger la période de culture tout en accueillant des plantes demandant plus de chaleur.
Nous avons planté pommiers, pruniers et petits fruits, en privilégiant les espèces locales ; un potager prend forme ; à terme une mare viendra pérenniser celle qui se forme spontanément avec les pluie de printemps… et peut-être qu’un jour l’art aussi s’invitera au jardin…
Un jardin, bio et bon pour les gourmets et les gourmands, qui se fond dans le paysage, comme une résistance à l’uniformisation des goûts et à la pression des lobbys…
Un jardin pour apprendre, partager, échanger, être bien : bienvenue aux jardiniers et aux curieux de nature! »

Jardin de Dominique Kaczmarek et Yann Desforges à Thollon les Mémises

Jardin de Dominique Kaczmarek et Yann Desforges à Thollon les Mémises

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Accéder au forum des jardiniers